Se conformer à l’entreprise et se confronter à soi-même

Développer son entreprise est obligatoire selon Michael Gerber. 

Pour lui, une entreprise est faite pour croître. Ne pas la laisser grandir, c’est aller à l’encontre de ses besoins. 

Dans le livre e-myth, Gerber nous livre une méthodologie pour mieux appréhender les innovations dans notre business.  

Il y a 3 étapes à suivre pour savoir si notre nouvelle idée est rentable ou non.  

  1. Innovation 

La première chose à faire lorsqu’on a une idée innovante, c’est de la tester et de l’implémenter. 

L’auteur donne l’exemple de la tenue d’un commercial :

Il a porté deux costumes de 2 couleurs différentes afin d’observer si ceux-ci auraient une influence sur le nombre de ventes qu’il était capable de faire. 

Durant le premier mois du test, il a porté un costume marron. Il a ensuite, mis un costume bleu pendant les 4 semaines suivantes.  

Il s’est rendu compte qu’il vendait beaucoup plus avec son costume bleu.  

Il a ainsi conclu qu’il existait une corrélation entre la tenue qu’il portait et son nombre de vente. 

  1. La quantification 

L’innovation doit être validée par des chiffres.  

Il faut quantifier tout ce qu’on fait : le nombre de prospects avec qui on discute, le nombre de ventes qu’on réalise, la quantité de publicités qu’on crée…. 

Il faut utiliser ces nombres pour savoir si l’innovation qu’on effectue est un succès ou non.  

Il y a très peu d’entrepreneurs qui le font parce beaucoup de personnes pensent que ce ne sont que des détails, alors que les chiffres ont une importance de taille.

  1. L’orchestration 

Lorsqu’on se rend compte que quelque chose fonctionne, il faut le faire, le refaire, de la même manière et à chaque fois.  

Faire des choses de manière totalement aléatoire, c’est prendre le risque de perdre de l’argent. “La liberté d’agir est l’ennemi de l’ordre, de la normalisation et de la qualité.” (Esprit Marketing) 

“A cet égard, le processus de développement d’entreprise peut être considéré comme la métaphore de la transformation personnelle, de la confrontation à la vraie vie.” (E-myth)

Je n’ai jamais autant lu de livres sur le développement personnel que depuis que je m’intéresse à l’entrepreneuriat.  
Devenir entrepreneur, c’est aussi se confronter à soi et voir qu’est-ce qu’on est prêt à apprendre ou pas.  Quelles habitudes on est prêt à abandonner? Quels échecs on est capables de surmonter…

Avoir peur d’innover et d’évoluer, c’est faire stagner notre entreprise.

Bonne chance et bon travail ! 

Décevoir nos clients.

Voilà ce qu’il faut absolument éviter si on souhaite créer une entreprise à succès.  

Mais au fond qui n’a jamais été déçu ? 

Dans le livre, “E-Myth”, l’auteur raconte une anecdote vécue dans un salon de coiffure.  

Il s’est rendu 3 fois dans ce salon avant de décider de ne plus jamais y remettre les pieds. 

La première fois qu’il est allé chez ce coiffeur, il a eu une expérience très gratifiante : on lui a coupé les cheveux aux ciseaux et un apprenti lui a servi 2 tasses de café.  

La seconde fois, on lui a coupé les cheveux à la tondeuse et il a reçu un seul café. 

Lors de sa 3ème visite, on lui a coupé les cheveux aux ciseaux mais il n’a pas reçu le café auquel il s’était habitué. 

Après les 3 visites, sa coiffure était réussie et il avait passé un moment relativement agréable mais il n’a pas pu retrouver les raisons pour lesquelles il avait apprécié cet endroit. 

“Son expérience manquait cruellement de cohérence et d’uniformité.” 

Les êtres-humains aiment savoir à quoi s’attendre et c’est exactement ce qui fait que les franchises fonctionnent. Une franchise, c’est le prototype d’une entreprise qui marche. 

Quand on souhaite créer une entreprise rentable, il faut s’imaginer que notre entreprise est le prototype de 5000 autres entreprises. 

La meilleure manière de bien démarrer une entreprise, c’est de la façonner en s’imaginant qu’elle deviendra une franchise. Il s’agit de créer une entreprise qui marche non pas grâce à vous mais sans vous. 

La plupart des très grandes entreprises telles que LVMH, Airbus, MacDonald… ne finissent pas par devenir des franchises. Elles l’étaient dès le départ.  

Cette vision façonnera toutes les étapes de vos prises de décisions. 

Il est important de se pencher sur tous les détails qui vont faire que votre entreprise sortira du lot. 

Tout doit être soigneusement pensé : les couleurs, les odeurs, les goûts, l’ambiance, l’atmosphère, le service client…. 

e-myth, le mythe de l’entrepreneur revisité

Bonne chance et bon courage ! 

Source :  

E-Myth, le mythe de l’entrepreneur revisité 

Livre de Michael E. Gerber 

Le technicien, le manager et l’entrepreneur

Apprendre à jongler avec ces 3 casquettes, c’est le prix à payer quand on est entrepreneur. C’est une tâche très complexe qu’il faut effectuer tout au long de son parcours d’indépendant.  

les 3 rôles de l’indépendant

Lorsqu’on travaille pour soi, il est très important de revêtir 3 costumes :  

  • Celui de l’entrepreneur 
  • Celui du manager 
  • Celui du technicien 
  1. L’entrepreneur 

L’entrepreneur est notre personnalité créative. Toujours au sommet de sa forme face à l’inconnu, quand on doit forcer le destin et transformer le chaos en harmonie. 

C’est celui qui vit dans le futur, jamais dans le passé et rarement dans le présent. 

Il est plus heureux lorsqu’il est libre de construire des concepts et il adore commencer ses phrases avec “et si”. 

  1. Le manager 

Le manager, c’est la personnalité pragmatique. Sans manager, il n’y a pas de planification, il n’y a pas d’ordre et pas de prévisibilité possible.  

C’est celui qui passe après l’entrepreneur pour ranger le désordre qu’aura mis notre personnalité créative. 

C’est la tension entre la vision de l’entrepreneur et le pragmatisme du manager qui crée la synthèse à l’origine de tous les grands travaux. 

  1. Le technicien 

Le technicien c’est le créateur et le “faiseur”. C’est celui qui aime bricoler : il monte et remonte. Pour le technicien, il ne s’agit pas de rêver et de créer mais de faire. Là où l’entrepreneur s’épanouit dans le futur et le manager s’accroche de façon compulsive au passé, le technicien lui vit pleinement dans le présent. 

Le technicien, c’est vous lorsque vous exercez votre cœur de métier. Pour ma part, je suis technicienne lorsque j’écris mes articles.  

Passer d’un rôle à l’autre. 

Lorsque je vous décris tout ça, il faut que vous tentiez de réfléchir au rôle qui vous sied le mieux ?  Qu’est-ce qui est le plus simple pour vous ? Dans quel rôle est-ce que vous vous sentez le plus à l’aise ? 

La majorité des personnes sont des techniciens. Moi je m’épanouis en tant entrepreneur. J’adore tester de nouvelles choses mais ça rend parfois mon organisation très bancale. Je passe d’une idée à l’autre et j’ai du mal à me concentrer sur mes projets déjà existants. Il est indispensable d’améliorer mon côté “manager” et “technicien” si je veux augmenter mon chiffre d’affaires et améliorer mes performances

Il est très difficile de réussir à jongler avec ces rôles lorsqu’on est entrepreneur et ça peut même constituer la base des échecs répétitifs des indépendants qui se lancent.  

Pour réussir, il faut se fixer une méthodologie et se donner des moments où on joue un rôle clairement établi.  

Bonne chance et bon travail !  

Cet article est en très grande partie inspiré du livre “e-myth, le mythe de l’entrepreneur revisité”.  

Je vous conseille vivement la lecture de ce livre si vous souhaitez en savoir plus.  

livre Michael Gerber

Freelance : l’aventure dont vous êtes le héros – Un fabuleux guide pour conquérir son indépendance

Alexis aurait pu être mon camarade de classe.  Nous avons le même âge et nous nous intéressons à la création de contenu sur Internet. Je suis moi aussi copywriter mais ce qui distingue Alexis et moi, c’est qu’il a une vision extrêmement stratégique de la communication.  

Alexis Minchella est le créateur du podcast Tribu Indé et il a démarré sa carrière en faisant du freelancing.

J’ai toujours travaillé intuitivement mais j’ai décidé d’acheter son livre car j’avais désespérément besoin de conseils. Le système scolaire ne nous apprend pas à penser comme un indépendant. On ne sait pas par quoi commencer et on se retrouve assailli par les doutes et les questionnements. 
 

Livre à commander en ligne ou à retrouver dans les bonnes librairies

Le livre d’Alexis est un condensé de tout ce qu’il faut savoir si on souhaite se lancer dans un futur proche. Ce guide est en passe de devenir une référence dans le monde du freelancing. 

Pour ma part, il m’a permis de prendre du recul sur mon activité. En moins de 300 pages, Alexis propose un manuel sur lequel on peut se référer afin de construire son offre et se positionner. 

Comment devenir freelance ? 

Avant de se jeter à l’eau, il est important de se demander si on possède des compétences rares, utiles et indispensables. Ensuite, il faut travailler sur 3 piliers :  

  1. Augmenter sa jauge de crédibilité  
  1. S’entourer des partenaires stratégiques 
  1. Maitriser les grands principes de la vente  

Pour construire son offre, il revient avec les questions classiques que se posent tout entrepreneur débutant :  

  • Faut-il se lancer comme généraliste ou spécialiste ? 
  • Que faire pour comprendre les besoins profonds de notre cible ? 
  • Comment mieux affirmer son positionnement ?  

Une méthodologie concrète

Ce qui m’a beaucoup intéressée ce sont les méthodes et les stratégies claires qu’il rapporte. Il fournit une méthodologie à déployer.  

Par exemple, il explique comment utiliser la méthode de 90 jours pour son business. 

L’idée de cette méthode est de se donner des objectifs sur 3 mois (vision stratégique), puis de décrire les actions qui vont vous permettre d’atteindre cette vision dans les 90 jours.  

Réussir à concilier stratégie et exécution est très difficile mais Alexis explique très bien comment le faire dans son livre. 

Quand on est indépendant, on peut se fixer des objectifs totalement irréalistes.  On peut travailler des heures et des heures sans que ça paie parce que les actions qu’on pose ne sont ni urgentes, ni indispensables. 

Alexis est quelqu’un de très efficace. En moins d’un an et il a réussi à écrire un manuel extrêmement qualitatif.  

Il a mené un travail de titan et il nous livre ses découvertes avec bienveillance et humilité. 

Il ne tombe pas dans les écueils bien connus du développement personnel et professionnel. Il nous donne des conseils pratiques et concrets pour mieux avancer. 

Dans la forme, le livre est bien pensé car il utilise des schémas qui permettent de synthétiser sa pensée et c’est vraiment très appréciable si on on a une mémoire visuelle. 

Quand on commence à s’intéresser au marketing, on va entendre beaucoup de buzzwords  comme : “la prospection”, la “stratégie de contenu”, “le positionnement”… Ce sont des concepts très abstraits qu’Alexis va expliquer de manière simple et précise. 

C’est un livre qui rassure beaucoup. Depuis cette lecture, j’ai l’impression d’être mieux préparée et d’avoir les épaules plus solides pour me jeter dans le bain. 

Je me sens prête à dévorer mon independence et à devenir l’héroïne de ma propre histoire !

Je vous conseille vivement cette lecture.

Créez un site web pour votre activité en 3 étapes  

Si vous souhaitez vous lancer et perdurer dans le monde de l’entrepreneuriat, il est primordial d’avoir une présence en ligne. Avoir un site web régulièrement mis à jour est un gage de professionnalisme important. 

Lorsque vos clients entendent parler de vous, leur premier réflexe est de vérifier ce que Google dit de vous. Les moteurs de recherche sont devenus un passage obligé avant et/ou après la rencontre d’un éventuel client.  
La qualité de votre site web a une réelle valeur ajoutée et peut même conditionner le volume de votre activité. 

freelancing

Posséder une identité très forte sur le net peut vous aider à sortir du lot. Vos potentiels clients auront l’impression d’avoir affaire à un “véritable freelance”. C’est à dire une personne qui est dédiée à son business et pas simplement quelqu’un qui souhaiterait arrondir ses fins de mois, en effectuant quelques missions à gauche et à droite. 

Avoir son propre site web va vous aider à asseoir votre légitimité : c’est une vitrine très importante à ne pas négliger.  

  1. Enregistrez votre nom de domaine 

Pour commencer, il est crucial de créer et de protéger votre nom de domaine. Pour ça, il faudra d’abord réfléchir à votre stratégie sur le long terme : souhaitez-vous travailler seul dans 5 ans ou souhaitez-vous créer une agence qui vous permettra d’engager d’autres personnes ? En fonction de vos ambitions, il faudra bien choisir l’appellation de votre futur site.  

Dans mon cas, j’aurais pu choisir d’avoir pour nom de domaine : “écriturefreelancebelgique.com” mais ça aurait été beaucoup moins efficace. J’ai choisi “izeremarlene” car mon objectif est de valoriser mon image en mettant en avant ma personne et mes compétences. Je ne souhaite pas créer d’agence à l’avenir mais je souhaite documenter mon aventure dans le freelancing.  

Aujourd’hui, posséder un nom de domaine est très accessible et ça vaut vraiment la peine d’investir un peu afin de soigner son image de marque.   

  1. Organisez votre site en fonction de ce que vos clients potentiels recherchent 

À moins que vous soyez web designer, l’objectif n’est pas de montrer vos compétences en communication ou en design. Le but est de montrer vos connaissances dans votre domaine d’expertise et pour ça, il vaut mieux se contenter d’une mise en page très simple

Vos clients veulent savoir ce que vous avez dans le ventre. Ils veulent voir des cas pratiques ou des recommandations d’anciens clients satisfaits.  Restez simple, sobre et très complet sur votre palette de compétences.  

Certaines sections du site web sont obligatoires :  

  • La page d’accueil : c’est le lieu où mettre en avant vos arguments de vente.  
  • Votre présentation et une introduction à vos services 
  • L’onglet d’inscription au site : c’est le petit encadré où vos clients pourront fournir une adresse email afin de recevoir une notification à chaque fois que vous créez du contenu.  
  1. Créez du contenu pour intéresser vos prospects et prouver votre expertise 

Ce dernier conseil est facultatif, mais il peut vraiment vous aider à avoir plus de visibilité. Aujourd’hui, la stratégie de contenu est la meilleure manière d’attirer du trafic qualifié vers votre blog. 

C’est une méthode très efficace mais aussi très énergivore si vous n’avez pas l’habitude d’écrire.  

C’est un véritable métier et c’est typiquement le genre de projets marketing qu’il est judicieux de sous-traiter. Si vous êtes indépendant et que vous souhaitez améliorer votre visibilité sur Google, je peux me charger de l’écriture de vos articles. Vous pourrez ainsi : prouver votre expertise, augmenter votre trafic et légitimer votre image de marque. 

N’hésitez pas à me contacter !