Se conformer à l’entreprise et se confronter à soi-même

Développer son entreprise est obligatoire selon Michael Gerber. 

Pour lui, une entreprise est faite pour croître. Ne pas la laisser grandir, c’est aller à l’encontre de ses besoins. 

Dans le livre e-myth, Gerber nous livre une méthodologie pour mieux appréhender les innovations dans notre business.  

Il y a 3 étapes à suivre pour savoir si notre nouvelle idée est rentable ou non.  

  1. Innovation 

La première chose à faire lorsqu’on a une idée innovante, c’est de la tester et de l’implémenter. 

L’auteur donne l’exemple de la tenue d’un commercial :

Il a porté deux costumes de 2 couleurs différentes afin d’observer si ceux-ci auraient une influence sur le nombre de ventes qu’il était capable de faire. 

Durant le premier mois du test, il a porté un costume marron. Il a ensuite, mis un costume bleu pendant les 4 semaines suivantes.  

Il s’est rendu compte qu’il vendait beaucoup plus avec son costume bleu.  

Il a ainsi conclu qu’il existait une corrélation entre la tenue qu’il portait et son nombre de vente. 

  1. La quantification 

L’innovation doit être validée par des chiffres.  

Il faut quantifier tout ce qu’on fait : le nombre de prospects avec qui on discute, le nombre de ventes qu’on réalise, la quantité de publicités qu’on crée…. 

Il faut utiliser ces nombres pour savoir si l’innovation qu’on effectue est un succès ou non.  

Il y a très peu d’entrepreneurs qui le font parce beaucoup de personnes pensent que ce ne sont que des détails, alors que les chiffres ont une importance de taille.

  1. L’orchestration 

Lorsqu’on se rend compte que quelque chose fonctionne, il faut le faire, le refaire, de la même manière et à chaque fois.  

Faire des choses de manière totalement aléatoire, c’est prendre le risque de perdre de l’argent. “La liberté d’agir est l’ennemi de l’ordre, de la normalisation et de la qualité.” (Esprit Marketing) 

“A cet égard, le processus de développement d’entreprise peut être considéré comme la métaphore de la transformation personnelle, de la confrontation à la vraie vie.” (E-myth)

Je n’ai jamais autant lu de livres sur le développement personnel que depuis que je m’intéresse à l’entrepreneuriat.  
Devenir entrepreneur, c’est aussi se confronter à soi et voir qu’est-ce qu’on est prêt à apprendre ou pas.  Quelles habitudes on est prêt à abandonner? Quels échecs on est capables de surmonter…

Avoir peur d’innover et d’évoluer, c’est faire stagner notre entreprise.

Bonne chance et bon travail ! 

Freelance : l’aventure dont vous êtes le héros – Un fabuleux guide pour conquérir son indépendance

Alexis aurait pu être mon camarade de classe.  Nous avons le même âge et nous nous intéressons à la création de contenu sur Internet. Je suis moi aussi copywriter mais ce qui distingue Alexis et moi, c’est qu’il a une vision extrêmement stratégique de la communication.  

Alexis Minchella est le créateur du podcast Tribu Indé et il a démarré sa carrière en faisant du freelancing.

J’ai toujours travaillé intuitivement mais j’ai décidé d’acheter son livre car j’avais désespérément besoin de conseils. Le système scolaire ne nous apprend pas à penser comme un indépendant. On ne sait pas par quoi commencer et on se retrouve assailli par les doutes et les questionnements. 
 

Livre à commander en ligne ou à retrouver dans les bonnes librairies

Le livre d’Alexis est un condensé de tout ce qu’il faut savoir si on souhaite se lancer dans un futur proche. Ce guide est en passe de devenir une référence dans le monde du freelancing. 

Pour ma part, il m’a permis de prendre du recul sur mon activité. En moins de 300 pages, Alexis propose un manuel sur lequel on peut se référer afin de construire son offre et se positionner. 

Comment devenir freelance ? 

Avant de se jeter à l’eau, il est important de se demander si on possède des compétences rares, utiles et indispensables. Ensuite, il faut travailler sur 3 piliers :  

  1. Augmenter sa jauge de crédibilité  
  1. S’entourer des partenaires stratégiques 
  1. Maitriser les grands principes de la vente  

Pour construire son offre, il revient avec les questions classiques que se posent tout entrepreneur débutant :  

  • Faut-il se lancer comme généraliste ou spécialiste ? 
  • Que faire pour comprendre les besoins profonds de notre cible ? 
  • Comment mieux affirmer son positionnement ?  

Une méthodologie concrète

Ce qui m’a beaucoup intéressée ce sont les méthodes et les stratégies claires qu’il rapporte. Il fournit une méthodologie à déployer.  

Par exemple, il explique comment utiliser la méthode de 90 jours pour son business. 

L’idée de cette méthode est de se donner des objectifs sur 3 mois (vision stratégique), puis de décrire les actions qui vont vous permettre d’atteindre cette vision dans les 90 jours.  

Réussir à concilier stratégie et exécution est très difficile mais Alexis explique très bien comment le faire dans son livre. 

Quand on est indépendant, on peut se fixer des objectifs totalement irréalistes.  On peut travailler des heures et des heures sans que ça paie parce que les actions qu’on pose ne sont ni urgentes, ni indispensables. 

Alexis est quelqu’un de très efficace. En moins d’un an et il a réussi à écrire un manuel extrêmement qualitatif.  

Il a mené un travail de titan et il nous livre ses découvertes avec bienveillance et humilité. 

Il ne tombe pas dans les écueils bien connus du développement personnel et professionnel. Il nous donne des conseils pratiques et concrets pour mieux avancer. 

Dans la forme, le livre est bien pensé car il utilise des schémas qui permettent de synthétiser sa pensée et c’est vraiment très appréciable si on on a une mémoire visuelle. 

Quand on commence à s’intéresser au marketing, on va entendre beaucoup de buzzwords  comme : “la prospection”, la “stratégie de contenu”, “le positionnement”… Ce sont des concepts très abstraits qu’Alexis va expliquer de manière simple et précise. 

C’est un livre qui rassure beaucoup. Depuis cette lecture, j’ai l’impression d’être mieux préparée et d’avoir les épaules plus solides pour me jeter dans le bain. 

Je me sens prête à dévorer mon independence et à devenir l’héroïne de ma propre histoire !

Je vous conseille vivement cette lecture.

Jobyourself ou la Smart : avec laquelle des 2 coopératives démarrer son activité d’indépendant à Bruxelles ?

En ce moment, je cumule allocations de chômage et création d’une micro-entreprise. J’ai la chance de pouvoir mettre en place mon activité d’indépendante, tout en ayant une garantie de revenus.  

Aujourd’hui, il existe différentes coopératives avec lesquelles où on peut démarrer son activité et j’ai décidé de me pencher sur les 2 coopératives qui m’ont séduites. 

 

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est jobyourself-ou-smart-versus.png

1. Jobyourself

Jobyourself est une coopérative d’activités qui propose de vous aider à vous lancer grâce à un programme de coaching. L’objectif est de vous donner la possibilité de tester votre activité durant 18 mois en utilisant le numéro de TVA de la coopérative, tout en conservant ses allocations de chômage ou son revenu d’intégration sociale. Ce qui est particulièrement intéressant chez Jobyourself, c’est le gel de la dégressivité de vos allocations de chômage. L’autre point positif, c’est le coaching personnalisé qu’offre l’asbl à toutes les étapes de la création d’entreprise.  
On peut démarrer une activité chez jobyourself en entrant dans l’une de ces 3 phases, en fonction de l’état d’avancement de votre projet d’activités :  

  • La phase “idéation” 

Durant cette étape, l’objectif est de se mettre au clair avec son projet. On prend le temps de créer son idée et son concept.  

  • La phase “validation” 

Dans cette phase, on valide son projet en créant un “business model canva”. On fait une étude de marché pour vérifier s’il existe un réel besoin de ce service sur le marché.  

  • La phase “test” 

C’est la partie pratique. On teste effectivement son projet durant 18 mois. Il faut cependant, pouvoir garantir qu’on est capable d’assurer un chiffre d’affaires de minimum 500 euros par mois.  

Jobyourself, c’est vraiment l’idéal pour toutes les personnes qui rêvent de se lancer mais ont la sensation d’avoir besoin d’un accompagnement.  

Avantages de Jobyourself :  

  • Coaching en groupe ou en auto-coaching 
  • Gel de la dégressivité des allocations de chômage 
  • Suivi de la viabilité de votre projet  
  • Aucune prise de risques 

Inconvénients de Jobyourself : 

  • Peu d’intervention de jobyourself pour une levée de fond 
  • On perçoit le montant de notre chiffre d’affaires à la fin de la période test de 18 mois et ça peut être gênant si on souhaite investir dans son activité.  
  • Organisme très lent à cause de la hausse des demandes suite à la crise du covid19 
  • La marge prise par la coopérative est de 10% du chiffre d’affaires mensuel.  
  • Le public cible est limité : allocataires du CPAS et demandeurs d’emploi 



2. La coopérative SMart

La SMart est une coopérative d’activité qui a été créé en Belgique mais qui existe un peu partout en Europe. L’intérêt des indépendants qui s’inscrivent à la SMart est de conserver les avantages du statut de salarié, tout en ayant la possibilité de travailler en tant qu’indépendant. La coopérative fonctionne comme une agence intérim et il est possible de souscrire à différentes assurances. 

L’association va s’occuper de tout le pôle administratif des adhérants.  S’inscrire à la SMart peut être très tentant pour les personnes qui ont une phobie des chiffres et de l’administratif. 

Il est également tout à fait possible de cumuler son activité et ses allocations de chômage.  

A la SMart, on touche directement l’argent mais la somme sera déduite de nos allocations de chômage.  

Avantages de la SMart:  

  • Possibilité de faire une demande de micro-crédit 
  • Marge de 6% de votre CA  (un peu moins importante que Jobyourself) 
  • Possibilité de faire une demande de CDI auprès de la smart 
  • Aucune prise de risques 

Inconvénients de la SMart : 

  • Pas de suivi du projet et pas de coaching organisé
  • Les allocations de chômage sont impactées en fonction de la somme gagnée mensuellement.  
  • Perte d’autonomie : en gérant tout, la SMart ne vous permet pas d’apprendre à gerer les aspects administratifs de votre business.  

Conclusion :

Ce sont deux associations très différentes et elles ont toutes les 2 leurs intérêts et leurs désavantages. 

Si vous souhaitez passer à l’action le plus rapidement possible et que vous avez déjà des clients à facturer, la smart et Jobyourself sont des alternatives possibles. Tout dépend de ce que vous souhaitez faire et de vos objectifs sur le plus long terme. Bonne chance !



Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est comparaison-jobyourself-ou-la-smart.png